Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > PEB 2017

PEB 2017

Le 17 janvier 2017
Evolution des exigences PEB
Evolution des exigences PEB

Depuis le 1er janvier 2017, la règlementation PEB a évolué pour se rapprocher du NZEB (Near Zero Energy Building = bâtiment quasi zéro énergie) que la Région Wallonne ambitionne d’instaurer en 2021.

Les nouvelles exigences PEB seront d’application du 1er janvier 2017 jusqu’au 31 décembre 2020.

Une nouvelle règlementation s’appliquera à partir du 1er janvier 2019 uniquement pour les bâtiments publics.

A partir du 1er janvier 2021, la Région Wallonne appliquera la règlementation NZEB.

Concrètement, quels sont les changements ?

REGLEMENTATION : qu’est-ce qui change ?

Les bâtiments résidentiels (maison et appartements)

La méthode PER demeure d’application.

L’isolation de quelques parois doit être renforcée : ensemble châssis et vitrage, murs et planchers en contact avec le sol.

Le niveau K reste le même (max 35).

Le niveau Ew est renforcé : on passe de 80 à 65

La consommation spécifique est renforcée : on passe de 130 à 115

Le critère de surchauffe reste le même

La norme de ventilation demeure la même

Les bâtiments non résidentiels et les logements collectifs

C’est la nouvelle méthode PEN qu’il faut appliquer.

L’isolation de quelques parois doit être renforcée : ensemble châssis et vitrage, murs et planchers en contact avec le sol.

Le niveau K reste le même (max 35).

Le niveau Ew est imposé : on passe d’aucune imposition à 90/65 selon la fonction

Il n’y a pas d’imposition de consommation spécifique

Il n’y a pas d’imposition de surchauffe

La norme de ventilation demeure la même

Les bureaux, services et écoles

Ils sont assimilés aux bâtiments non résidentiels (vor ci-dessus).

L’ancienne méthode BSE est abandonnée et remplacée par la nouvelle méthode PEN.

Les bâtiments industriels

L’isolation de quelques parois doit être renforcée : ensemble châssis et vitrage, murs et planchers en contact avec le sol.

Le niveau K reste le même (max 55).

Il n’y a pas d’imposition de niveau Ew

Il n’y a pas d’imposition de consommation spécifique

Il n’y a pas d’imposition de surchauffe

La norme de ventilation n’est pas d’application

Les changements d’affectation

L’isolation de quelques parois doit être renforcée : ensemble châssis et vitrage, murs et planchers en contact avec le sol.

Le niveau K reste le même (max 65).

Il n’y a pas d’imposition de niveau Ew

Il n’y a pas d’imposition de consommation spécifique

Il n’y a pas d’imposition de surchauffe

La norme de ventilation demeure la même

CONCEPTION : quelles conséquences ?

Clairement, ce n’est plus sur l’isolation de l’enveloppe qu’il faut concentrer tous les efforts. Cela ne signifie pas que l’isolation n’a plus d’importance, au contraire ! Mais il est incontournable d’intégrer l’efficience des systèmes dès la conception.

Parallèlement, il importe de poursuivre dans la logique de conception actuelle de bâtiments caractérisés par une bonne isolation et une bonne étanchéité à l’air.

Trop longtemps ignorée jusqu’à présent, l’étanchéité à l’air est primordiale dans la gestion de l’économie de l’énergie. En effet, par la résolution des points de fuites de l’air chaud vers l’extérieur, on réduit la nécessité de chauffage.

Le principe est le même pour tous les points d’entrée de l’air froid extérieur.

Toutefois, il est important de garder en mémoire que la norme de ventilation demeure d’application dans de nombreux cas, ce qui nécessite des apports d’air frais extérieur.

Ces apports ne doivent pas être confondus avec les points d’entrée de l’air extérieur par défaut d’étanchéité car ces derniers sont involontaires. En s’ajoutant aux apports de ventilation, ils concourent à un dépassement des débits de ventilation. Le bâtiment devient, automatiquement, non-conforme à la PEB !

Dès l’étude, il faut améliorer les systèmes de production et de récupération de chaleur pour consommer le moins d’énergie possible. Le projet doit s’étudier – encore davantage qu’auparavant – comme un organisme complet dont tous les organes interagissent.

Autant dire que cela laisse de moins en moins de latitude aux improvisations, modifications et autres bricolages…

À l’avenir, il faudra veiller à installer des sources alternatives de production d’énergie (panneaux solaires, co-génération,…), trop souvent écartées des projets au stade de l’étude.

Il est vrai que les arbitrages budgétaires conduisent à des sacrifices dont la Région Wallonne refuse de considérer l’existence. Même si les acteurs de la construction ne cessent de revenir à la charge sur ce point !

RAPPEL UTILE : quelle procédure PEB ?

A ce stade, il peut paraître utile de rappeler quelle procédure PEB s’applique.

Il y a toujours deux procédures, en fonction de la nature des travaux :

Bâtiments neufs et assimilés / rénovation importante

C’est la procédure AVEC Responsable PEB

Rénovation simple / changement d’affectation

C’est la procédure SANS Responsable PEB

 

Quelle procédure s’applique, si vous :

Reconstruisez un bâtiment ?

Si son volume final est supérieur à 800 m3, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

Si vous doublez le volume protégé existant initial, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

Transformez un bâtiment ?

Si son volume final est supérieur à 800 m3, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

Si vous doublez le volume protégé existant initial, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

Si vous remplacez tous ses installations ET 75 % de son enveloppe, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

Si les travaux porte sur au moins 25 % de son enveloppe, c’est la procédure AVEC Responsable PEB ; sinon, c’est la procédure SANS Responsable PEB.

 

Janvier 2017.